Lumière et couleur

Publié le par avisse

 

 

 

Voici l'aspect extérieur définitif de la Chapelle, bien différent de celui que nous pouvions voir il y a tout juste un an, avant le début des travaux. Chacun pourra retrouver toutes les étapes de la restauration en consultant ci-dessous, à gauche, la liste complète des pages visibles sur ce site, ou naviguer mois par mois à partir des archives.

 

La Chapelle est dédiée à Saint-Hubert, Evêque de Tongres-Maastricht-Liège (+ 727)

La tradition a retenu  "cette belle histoire du cerf qu'il vit durant une chasse, un jour de Vendredi-saint, et qui lui apparut avec une croix entre ses bois :  « Chasser un jour pareil ? Pourquoi ne vas-tu pas prier ? »  

Dès le XI ème siècle, Hubert est le saint-patron des chasseurs. Ce qui est historique, c'est qu'en 688, il abandonne le duché d'Aquitaine à son frère pour se consacrer totalement à Dieu. Après une vie monastique exemplaire, il est élu évêque de Liège-Maestricht et Tongres. "

Citons à cette occasion un site très complet sur la vie des Saints : http://nominis.cef.fr/ auquel nous osons emprunter quelques lignes.

Le lien conduisant au saint du jour, il vous faudra entrer le prénom recherché dans le cadre supérieur droit de la page.   

 

 

Les textes racontant en vieux français très compréhensible les épisodes principaux de la vie du Saint-Patron des chasseurs ont été rehaussés, et quelques silhouettes, restées en relief, sont grisées.

 

 

Les dernières retouches sont effectuées par nos deux restauratrices qui utilisent, pour combler les lacunes fermées, la technique du tratteggio : les éléments disparus, mais sur lesquels aucun doute n’est possible, sont remplacés par un ensemble de traits verticaux parallèles, peints dans une tonalité légèrement inférieure.

 

 

A distance normale, l’illusion est parfaite. De près, l’observateur peut se rendre compte qu’il s’agit d’une retouche. Ces principes, d’une grande honnêteté, ont été formulés dans la Charte de Venise, adoptée par l’UNESCO en 1964.

 

 

Etat actuel, à comparer à l'état d'avant la restauration ...

 

La pose définitive des vitraux permet de retrouver maintenant les peintures dans leur lumière d’origine.

Emerancienne, Emérentienne, ou Emerance serait la "soeur de lait" de Sainte Agnès. Elle est morte martyre, lapidée. Sainte Emerance a une chapelle à La Poueze (Maine et Loire) et Emerancienne est le nom de la chapelle de l'Institut Notre Dame de Vie (Vénasque - Vaucluse). En Anjou, le dicton invoque "Sainte Emerance qui guérit du mal de la panse". Elle est souvent représentée avec, dans son tablier, les pierres qu'elle a reçues dans le ventre.

(sources : http://nominis.cef.fr/)

 

 

 

 

 

 
 
 
 

 

Ces vitraux latéraux ont été créés par l'Atelier Guillaume Defert, d'Auxerre, dans le style des vitraux du mur Est, dont il restait de larges fragments, avec des motifs plus fins.  

 

 

Entouré de guirlandes de fleurs de mêmes tons, Dieu le Père veille à nouveau sur ses ouailles.

 

 

 
 
 

Publié dans Les travaux

Commenter cet article