Un grand jour

Publié le par Pierre Avisse

 
Voilà, nous y sommes ! Un peu moins de deux ans après le début des travaux, c’est aujourd’hui l’inauguration de la Chapelle Saint Hubert restaurée, en présence d’une bonne partie de la population de Courcelles et alentours.
 
De nombreuses personnalités nous ont fait l'honneur de leur présence. Vous les reconnaîtrez au passage.
Maurice Archenault, Maire de Courcelles, accueille les personnalités et l'ensemble de la population.
 
(Une version imprimable est accessible via le lien ci-dessus.)
 
 
Je suis heureux de vous accueillir si nombreux ce soir.
Heureux de pouvoir le faire dans ce cadre si caractéristique des riches siècles passés de notre commune.
Au moment où , à quelques centaines de mètres, les engins creusent les premières saignées de l’autoroute A 19, nous fêtons ici, l’aboutissement d’un combat patient de plusieurs conseils municipaux successifs, pour sauver ce bâtiment que certains n’hésitent pas à qualifier de remarquable.
 
Ces travaux ont été la tranche la plus importante de la campagne de restauration et de sécurisation entreprise sur « nos trois églises ».
Depuis 1983, nous nous efforçons, en effet, de rendre accessible ce patrimoine. Il reste beaucoup à faire. La couverture du clocher tout particulièrement. Nous espérons que le 1% autoroute, dédié à l’aménagement et à la valorisation de l’environnement et des paysages, nous permettra de conclure nos projets dans un proche avenir.
 
Je vais laisser Denis, qui fut le coordinateur du programme de restauration vous en dire plus. Mais avant, je tiens à remercier les représentants de l’Etat et des différentes collectivités territoriales qui nous ont soutenu. Remercier également , pour son aide déterminante, Monsieur le Professeur Robert GAUMONT, délégué départemental de la Fondation du Patrimoine, remercier aussi la Fondation pour la sauvegarde de l’art français, pour son soutien.
Remercier, enfin, les hommes et les femmes de l’art : les entrepreneurs, les artistes passionnés qui composent leurs équipes et qui, des mois durant, ont su redonner vie à cette chapelle.
Certaines ont eu plus que d’autres les honneurs des médias ! D’autres ont réalisé un travail plus obscur, je pense aux maçons qui ont creusé sous les fondations pour y couler du béton.
Que tous sachent ici, notre entière satisfaction pour le travail réalisé sous l’autorité de Monsieur Antoine LERICHE, architecte, que je salue.
 
Après les compléments donnés par Denis et les discours des différentes personnalités, vous êtres tous invités à visiter la chapelle et à profiter du cadre, un verre à la main.
 
Merci et bonne soirée.
Denis Thion, premier adjoint au Maire.
 
(Une version imprimable est accessible via le lien ci-dessus.)
 
350 ans, 350 ans cette année que cette chapelle a été reconstruite et bénie solennellement par l’archevêque de Sens. Son lointain successeur n’est pas là ce soir, mais je salue à cette manifestation civile et républicaine, la présence du Père Jacques Doublier, notre curé.
 
Monsieur le maire l’a dit, j’ai été amené à coordonner le dossier de restauration. Pour plusieurs raisons :
la première c’est qu’un maire ne peut pas faire tout tout seul et que le travail d’un adjoint c’est de le seconder.
la seconde, c’est que ce projet, comme pour tous mes collègues conseillers, me tenait à cœur.
la troisième, est que ma présence au bureau du Pays, comme représentant des communes de moins  de 500 habitants, et le hasard d’un déjeuner au Sénat, qui m’à conduit à me trouver voisin de table du Directeur général de la Fondation du Patrimoine, Mr Nérot, par ailleurs Maire de Dordives, présent ce soir, ont fait que naturellement j’ai été amené à jour ce rôle.
 
L’intérêt architectural et culturel d’un tel projet est évident. Je ne vais pas vous faire de résumé historique ni une visite guidée à distance. Vous aurez tout le loisir de le faire, un verre à la main, après les discours,  Vous avez à votre disposition des dépliants couleurs au prix modique de 50 centimes !
 
L’intérêt pour ce patrimoine pourrait être plus grand encore, remarquez bien !
 A plusieurs reprises, c’est presque une confidence, des spécialistes ont fait écho devant nous, d’une hypothèse que rien n’a confirmé ni infirmé jusqu’à ce soir.. l’hypothèse, déjà ancienne qu’il ne serait pas impossible que ces peintures murales soient en partie l’œuvre de Lubin Beaugin ou de son atelier ! Avis aux experts et amateurs d’art, pour mener l’enquête.
 
L’intérêt est donc culturel, mais il est aussi tout autre.
C’est d’abord notre contribution à l’effort diversifié des communes du Nord Loiret pour, dans le cadre du Pays Beauce-Gâtinais en Pithiverais, valoriser notre territoire, mettre les forces en commun et démultiplier les synergies. A Courcelles, pas de commerce, pas d’industrie, mais un patrimoine original qui, connu et bien inséré dans des circuits, peut constituer un attrait touristique générateur de revenus pour le commerce à l’entours. Notre premier car de 5O touristes en juillet dernier, a été se restaurer à Chambon –la-Forêt.
Une chapelle St Hubert, accessible, c’est donc notre contribution au « pot commun »pour valoriser ce territoire pertinent de 6 cantons, près de 100 communes, pour être repéré et identifié. Je salue, ici, Madame Bévière, ses collaborateurs et mes collègues membres du bureau du Pays.
 
L’intérêt est ensuite dans les conséquences générées par le projet lui-même.
 
L’engagement financier de plusieurs dizaines de personnes qui ont répondu à la souscription publique, obligatoire du moment que la Fondation du patrimoine donne une subvention. Exemple de financements conjoints publics/privés.
Des fonds de l’Union européenne et les euros des Courcellois pour un même projet, qui dit que l’Europe, ce n’est pas du concret ?
Des fonds qui se sont ajoutés à ceux de l’Etat, de la Région, du Département, le premier contributeur, du Pays, de la Commune.
Voyez, il y a des occasions où l’on ne trouve pas qu’il y a trop d’échelons administratifs en France !
 
Intérêt économique, intérêt de collaboration, intérêt médiatique aussi.
De nombreux articles de presse sur Courcelles, la venue de France 3 ont eu un impact immédiat. Des visites de groupes ou de particuliers qui ont découvert le travail de restauration des peintures murales, se sont succédées. Les visiteurs ont échangé avec les artisans, peut être, pour les plus jeunes, découvert une vocation professionnelle ?
 
Intérêt associatif et relationnel.
L’engagement de nombreux bénévoles autour du projet. En premier lieu, mon ami Pierre Avisse que beaucoup connaissent, qui s’est passionné dès avant le premier coup de pioche. Il a créé deux sites internet. L’un sur Courcelles, l’autre sur la chapelle, les travaux et toutes les animations qui sont liées. 8000 visiteurs sur ces deux sites depuis près de deux ans, des mails de partout, des collègues maires de toute la France qui demandent comment faire pour obtenir les subventions européennes, des demandes de renseignements sur la Fondation du patrimoine. Des visiteurs de plusieurs pays du monde, ont découvert Courcelles grâce au site et ont inscrit une visite dans leur itinéraire.
St Hubert branche Courcelles sur les outils les plus performants de la mondialisation. Un miracle de plus à son actif !
D’autres bénévoles, actifs eux aussi, parmi les concitoyens, sont ceux qui se sont mobilisés pour permettre l’ouverture du bâtiment tous les après-midi des dimanches du mois d’août -plus de 300 visiteurs-réalisé le carton d’invitation à cette manifestation, dessin compris. Grand merci à eux tous.
 
Intérêt de notoriété, qui comporte pour nous tous et pour la Commune, un volet gratifiant. Pourquoi le nier ?
Sans complexe, nous avons participé à deux concours importants et obtenu deux prix. Un diplôme d’honneur de la Société pour la protection des Paysages et de l’esthétique de la France. Nous étions quelques conseillers et habitants à la remise du prix, Place des Vosges, à Paris. Une vingtaine de communes a obtenu un prix en 2006 pour plusieurs centaines de participantes.
Et un second prix, là aussi une véritable distinction : un prix départemental au 12ème concours national des rubans du patrimoine. 77 communes distinguées en 2006, Courcelles l’une des plus petites, n’a pas à rougir devant une ville comme Nancy et sa prestigieuse Place Stanislas, autre lauréate , dans la même catégorie que nous.
 
Intérêt pour l’avenir, enfin.
Cette chapelle peut être un catalyseur. Il faudra bien l’animer, y organiser de temps en temps des concerts, des expositions, faire en sorte qu’elle soit ouverte le plus largement possible, particulièrement durant l’été.
Ce ne peut pas être l’affaire que de quelques uns.
Ce pourrait être l’occasion de relancer, par exemple, le Comité des fêtes en sommeil, d’offrir aux nouveaux venus une occasion d’insertion, de réaliser des projets qui associent toutes les générations.
C’est tout bonnement du développement local. Il y a là tous les ingrédients et comme pour une mayonnaise il ne faut rien oublier, faire les choses dans l’ordre, ne pas cesser d’agiter, verser de l’huile régulièrement pour éviter que ça retombe !
 
J’arrête là. Je ne veux pas vous donner faim car nous n’avons pas prévu de vous offrir à dîner.
Vous l’aurez compris, Maurice l’à déjà dit, mes collègues et moi sommes heureux de vous voir nombreux ce soir, Courcellois, amis de tout le Pithiverais, personnalités, et de vous faire partager notre bonheur et notre fierté de voir notre Chapelle Saint-Hubert si pimpante.
 
Je laisse la parole successivement à :
 
Mr Nérot, directeur général de la Fondation du patrimoine, Maire de Dordives.
 
Madame Monique Bévière, Maire Adjoint de Pithiviers, Présidente du Pays Beauce Gâtinais en Pithiverais, Conseillère Régionale.
 
Monsieur Michel Grillon, Maire de Boiscommun, Conseiller général du Canton de Beaune- la- Rolande, Vice-président du Conseil Général, représentant le Président Eric Doligé, Sénateur du Loiret.
 
Monsieur Loïc Lamoine, Conseiller régional, représentant le Président Michel Sapin
 
et à Jean-Paul Charié, notre Député.
 
Denis THION
Adjoint au Maire de Courcelles
 
Frédéric Nérot, Président de la Fondation du Patrimoine.
Monique Bévière, Présidente du Pays Beauce-Gâtinais en Pithiverais, Conseillère Régionale.

Antoine Leriche, architecte des Bâtiments de France et Sabine de Freitas, l'une des deux peintres restauratrices.
Michel Grillon, Vice-Président du Conseil Général du Loiret, représentant Eric Doligé, Président du Conseil Général et Sénateur.
 
Loïc Lamoine, Conseiller Régional, représentant Michel Sapin, Président de la Région Centre.
 
Jean-Paul Charié, Député de notre circonscription.  
 
 
 
 

Publié dans Courcelles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article